biographie - Guillaume Dufay

Aller au contenu

Menu principal :

biographie

Une naissance obscure
Guillaume Dufay est né autour de 1400, probablement à Cambrai ou aux alentours, de Marie du Fayt et d'un prêtre inconnu.
On trouve les premières traces de son existence dans les registres de la cathédrale de Cambrai où il est inscrit en temps que choriste sous le nom de Willermus du Fayt.

Entre Cambrai et l'Italie
Les humanités musicales du jeune Guillaume se déroulent à Cambrai de 1409 à 1412 sous la férule de professeurs qui ont pour nom Rogier de Hesdin, Richard de Loqueville ou Nicolas Malin
On le retrouve en 1414 en tant que chapelain de Saint-Géry (près de Cambrai).
Il suit ensuite probablement son évêque au concile de Constance, qui s'est tenu de 1414 à 1418. C'est là sa première rencontre avec l'Italie qui sera d'une importance capitale dans sa vie de musicien et d'homme d'église.
Après un bref retour à Cambrai où il devient sous-diacre, il repart en 1419 pour l'Italie, à Rimini, à la cours du prince Malatesta. C'est là qu'il compose ses premiers motets.

Une vie italienne
Entre 1425 et 1428, il sert la famille d'Este et séjourne à la cour de Savoie.
En 1428, on le retrouve chantre à la chapelle papale. C'est là qu'il est nommé prêtre.
En 1433, il part pour Chambéry, Florence, Ferrare, Genève ou Lausanne dont il devient chanoine de la cathédrale
En 1436, pour l’inauguration du dôme Brunelleschi de Florence, il compose le motet Nuper rosarum flores
Une lettre du pape mentionne qu'il est bachelier en droit.

Un retour vers la France
C'est à cette époque qu'il rencontre Gilles Binchois à la cour de Bourgogne.
En 1437 il quitte la chapelle papale et retourne à la cour de Savoie
En 1439, il retourne à Cambrai, où il dirige une maîtrise d'enfants et s'y retire définitivement en 1458 en servant à la cathédrale.

Une pierre tombale retrouvée
Guillaume Dufay meurt le 17 novembre 1474 et est enterré dans la cathédrale de Cambrai. La cathédrale fut entièrement détruite à la Révolution, et le tombeau des Dufay (lui et sa mère) disparut totalement. Ce n'est que par hasard que la pierre tombale, sculptée par Alart Génois de Tournay, est retrouvée au 19ème siècle dans le jardin en friche d'une belle propriété près de Cambrai. Cette pierre tombale, avec son rébus remarquable attestant de la prononciation de son nom, est désormais visible au musée des Beaux Arts de Lille.
Musicien le plus célèbre d’Europe au XVe siècle, estimé des monarques – notamment de Charles VII et Louis XI – Guillaume Dufay a marqué le début de l’école dite franco-flamande, dont le rayonnement perdura jusqu’à la fin du XVIe siècle. En combinant avec brio l’Ars Nova de Guillaume de Machaut, l’harmonie anglaise de John Dunstable et la mélodie italienne, sa musique a annoncé le madrigalisme et la musique de la Renaissance.
Guillaume Dufay a acquis une grande renommée par la qualité de ses rondeaux. Précurseur de Johannes Ockeghem ou de Josquin des Prés, il utilisa des thèmes profanes pour certaines de ses messes, telle la célèbre L’Homme armé. Il fut le premier à composer un Requiem, dont la partition est perdue, ainsi que des cycles complets pour l’Ordinaire de la messe : Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus.
Il composa beaucoup de pièces profanes ou sacrées que nous reproduisons sur ce site.
 
Retourner au contenu | Retourner au menu